bien-être·travail

Signalisation et sécurité : le mariage parfait.

Chaque entreprise est responsable de la sécurité de ses visiteurs. Toutefois,
pour créer un lieu de travail sûr, vous avez besoin de la collaboration de
tous ceux qui sont présent dans l’entreprise. En effet, la sécurité dépend
pour une grande partie du comportement. Vous ne pouvez toutefois
attendre de chaque visiteur qu’en pénétrant dans l’entreprise, il emporte
une liste des risques et des informations de sécurité. C’est pourquoi il existe
une signalisation : des autocollants ou des panneaux qui indiquent le
comportement souhaité, obligatoire ou précisément interdit.

Du point de vue de la sécurité, il est important que tout le monde comprenne bien ces indications. Fort heureusement, des conventions internationales sont établies quant à l’apparence que doit avoir la signalisation de sécurité. C’est très pratiqu e: vous savez toujours de la sorte où trouver l’issue de secours, même lorsque vous n’êtes encore jamais entré
dans le bâtiment auparavant. Parce qu’au lieu d’un texte, ils ont surtout recours à des couleurs et des pictogrammes, vous comprenez les panneaux mêmes si vous ne maîtrisez pas la langue locale. C’est pratique car de plus en plus de travailleurs d’autres pays de l’Union européenne viennent travailler iciet doivent aussi comprendre quelles règles s’appliquent et quels sont les dangers.

Inventaire

Avant de pouvoir apposer la signalisation, il vous faut établir un inventaire de ce qui est nécessaire. Comment se présentent les voies d’évacuation? Où se situent les risques spécifiques? Quelles sont les mesures nécessaires pour prévenir ces risques?

Un bon point de départ est l’analyse de risque qui est reprise dans le plan de prévention. Chaque entreprise est tenue d’établir un plan de prévention tous les cinq ans. L’analyse de risque en fait partie. On y trouve les risques spécifiques pour l’entreprise, mais aussi les mesures qui sont prises pour
éliminer ces risques. Vous pouvez souvent l’associer à la signalisation, par exemple en indiquant l’utilisation obligatoire des équipements de protection individuelle.

Évacuation et sauvetage

La signalisation la plus fréquente concerne l’évacuation et le sauvetage. Il importe peu que l’entreprise soit grande ou petite: vous devez toujours clairement indiquer où se situent les issues et comment les atteindre de la manière la plus rapide. Dans une situation d’urgence, vous n’avez bien sûr pas le temps de rechercher la bonne voie et il est important, pour le bon déroulement de l’évacuation, que tout le monde emprunte les mêmes voies.

Toute la signalisation en matière d’évacuation du lieu de travail est de couleur verte. On la retrouve sur les panneaux avec lesquels les issues de secours et le lieu de rassemblement sont indiqués. Le vert est également utilisé pour les logos qui indiquent l’endroit où se trouvent les dispositifs de secours, tels que la trousse de secours, le DEA, la douche de sécurité, la douche oculaire ou la chaise d’évacuation.

Depuis 2015, les pictogrammes indiquant les issues de secours ont été quelque peu adaptés. Auparavant, il y avait trois logos sur le panneau: un bonhomme qui court, une flèche et une porte. Sur les nouveaux panneaux, la porte et le bonhomme sont combinés pour ne former qu’un seul symbole. En outre, le sens de la flèche a changé: lorsque vous devez marcher tout
droit, la pointe de la flèche est dirigée en haut et non en bas. La flèche dont la pointe est dirigée vers le bas est le nouveau système réservé aux endroits où la voie à suivre va vers le bas, par exemple si vous rencontrez un escalier.

Si vous avez encore des indications de la génération précédente qui sont accrochées, il n’est pas nécessaire de les remplacer complètement tous d’un coup. Ces nouveaux pictogrammes doivent naturellement figurer sur les nouveaux panneaux à placer. Lorsqu’il faudra remplacer les panneaux, ce sera une bonne occasion pour passer, en une fois, à la nouvelle ignalisation. L’utilisation d’une ancienne et d’une nouvelle signalisation peut susciter la confusion et est dès lors déconseillée.

Incendie

Lors d’un début d’incendie, la réaction dans les premières minutes est vraiment déterminante pour le déroulement. Lorsque l’incendie est encore mineur, il est souvent encore relativement simple de l’éteindre. En l’absence de réaction adéquate directe, le risque est grand de voir l’incendie s’étendre.

Il est dès lors important de réagir directement, face à un début d’incendie. Des extincteurs sont présents dans toutes les entreprises à cet effet. Tant l’extincteur que le bouton d’alarme doivent être indiqués avec le pictogramme adéquat.

Avertissements, interdictions et obligations

On trouve des issues de secours et des extincteurs dans chaque entreprise. L’approche sur mesure commence par les catégories avertissement, interdiction et obligation. Cela vaut également pour les pictogrammes convenus, les couleurs et les formes de la signalisation. Un symbole d’avertissement figure toujours dans un triangle jaune avec un bord noir. Les interdictions se reconnaissent par le cercle rond et rouge, avec la ligne diagonale. Les obligations sont reprises sur une face bleue et ronde. Les avertissements, interdictions et obligations requièrent toujours une approche sur mesure : vous abordez ainsi les risques spécifiques de votre entreprise. Vous pouvez exploiter ici l’analyse de risques.

Non seulement le type de risque est important en l’espèce, mais le lieu l’est également. Y a-t-il par exemple des chariots élévateurs qui circulent? Alors il est important de placer un panneau d’avertissement à cet effet. Il pourrait être placé près de l’accès au terrain lorsque les véhicules pourraient directement y être confrontés.

Les chariots élévateurs ne circulent-ils que dans le hall d’assemblage ? Il est dès lors préférable de placer les avertissements près des portes d’entrée du hall. De la sorte, vous percevez l’avertissement au moment où vous pénétrez dans la zone de danger.

Lieux dangereux

La signalisation représente davantage que le placement des panneaux et autocollants adéquats. S’il y a des endroits dangereux, ceux-ci doivent aussi être indiqués. Y a-t-il, par exemple, un passage souterrain bas où les gens risquent de se heurter la tête ? Apposez alors (si nécessaire) des matériaux isolants avec un marquage jaune-noir. Le point de danger est ainsi clair et reconnaissable pour tous. Tous les endroits où existe un risque accru de tomber, trébucher, glisser ou d’être coincé doivent être signalés de la sorte.

Un véhicule à moteur est impliqué dans bon nombre d’accidents en entreprise. Bien sûr, les conséquences sont souvent graves lorsqu’un piéton est heurté. Afin de prévenir ce type d’accidents, il est important d’indiquer, avec un marquage sur le sol, où les véhicules peuvent se rendre et dans quelles zones ils peuvent circuler. De la sorte, il apparaît vite où se situent les zones de danger : à savoir les lieux où les véhicules et les zones piétonnes se rencontrent. Veillez à ce qu’il soit clairement indiqué qui a la priorité et que tant les collaborateurs que les visiteurs soient informés de ces conventions ! Des symboles d’avertissement supplémentaires peuvent
être utiles, en l’occurrence des autocollants, des panneaux ou des
pictogrammes sur le sol.

Produits chimiques

Une attention spéciale est nécessaire lorsque des travaux sont effectués avec des produits chimiques dans l’entreprise. En tout cas, ces substances doivent être bien étiquetées. En cas d’accident avec des substances chimiques, il est en effet très important pour les secouristes de savoir précisément quelles substances sont concernées, afin de pouvoir apporter une aide sur mesure. Les dangers spécifiques sont indiqués par substance, avec un symbole de danger dans un losange rouge, par exemple, en cas de
substances inflammables ou toxiques. Les entreprises qui travaillent
avec des produits chimiques doivent analyser le lieu où ils sont
entreposés et contrôler si tout le stock est pourvu des pictogrammes
appropriés

bien-être·travail

Sécurité des visiteurs sur un chantier

Visitez-vous régulièrement ou emmenez-vous parfois des visiteurs sur un chantier ? Alors vous êtes sans doute conscient des dangers potentiels. Ce n’est un secret pour personne que le chantier de construction n’est pas exactement un paradis en matière de santé et de sécurité, et qu’il est donc important que vous et les autres visiteurs du site en teniez compte.

Un service complet à vos clients ou partenaires

Non seulement il est opportun d’être attentif et d’alerter les autres sur ces dangers, mais vous pouvez bien sûr vous préparer de manière pratique.
Le risque d’accident dans le secteur de la construction est relativement élevé, surtout si on le compare à d’autres secteurs. Alors fournir une protection supplémentaire ne constitue qu’un petit effort en plus, non ?

Si vous voulez vraiment offrir un service complet à vos clients ou partenaires, assurez-vous que votre bureau dispose de l’équipement de protection individuelle adéquat en stock.

Que pouvez-vous prévoir ?

  • Selon les dispositions légales belges en matière de sécurité (veuillez noter que celles-ci peuvent varier d’un pays à l’autre), le port du casque de sécurité est déjà obligatoire.
  • Vous visitez un environnement bruyant ? Pensez aux protections auditives telles que les protège-oreilles ou les bouchons d’oreilles.
  • Gardez vos vêtements et ceux de vos clients propres avec des vêtements de protection comme une combinaison jetable.
  • Un environnement poussiéreux ? Dans ce cas, la protection respiratoire n’est probablement pas un luxe inutile.
  • Si vous ne voulez pas salir ce plancher tout neuf tout de suite, vous pouvez utiliser des couvre-chaussures.
  • Et pour vous démarquer sur place, vous pouvez utiliser un gilet fluorescent.

La protection individuelle limite le nombre d’accidents inutiles sur chantier et comme un homme averti en vaut deux… Investir dans la protection personnelle est donc toujours une formule gagnant-gagnant.

Vous voulez en savoir plus ? Consulter nos produits ici.
Des questions ?
Nos experts en sécurité Lyreco se feront un plaisir de vous venir en aide.

bien-être·ergonomie·travail

5 conseils pour un poste de travail ergonomique et efficace

Vous lisez probablement cet article en étant assis, ce qui peut signifier que vous êtes l’un des nombreux Belges qui ont une profession sédentaire ou qui ont un ‘schéma d’assise non sain’.

Pourtant, notre corps est fait pour bouger, rester assis trop longtemps et trop souvent est préjudiciable à notre santé.

En chiffres :

  • 33% (= plus de 4 millions) des Belges adultes font trop peu d’exercice.
  • 50% (= presque 9 millions) des adultes néerlandais font trop peu d’exercice.
  • 59% (= près de 195 mille) des Luxembourgeois adultes font trop peu d’exercice

Faits et conséquences :

  • Le risque d’obésité est doublé par une assise prolongée tous les jours
  • 60 % de notre temps nous le passons chaque jour au travail
  • Les entreprises actives ont un rendement positif : une productivité accrue et des collaborateurs contents

Raison suffisante pour prendre des mesures à la fois au niveau de l’employeur et des travailleurs, de préférence à titre préventif. Cela nécessite un changement d’habitudes. Idéalement, chaque heure de position assise devrait être alternée avec dix minutes de position debout, mais dans combien de situations de travail est-ce un scénario réalisable ?

5 conseils pour appliquer
tout de suite

Vous n’avez pas à paniquer si vous exercez une activité sédentaire ; grâce à ces conseils, vous pouvez éviter beaucoup de préjudices. Assurez-vous que vous êtes dans une bonne position assise.

1. Assurez-vous que vous êtes dans une bonne position assise

  • Assurez-vous que la hauteur d’assise est correcte, que les pieds sont à plat sur le sol et que les genoux forment un angle de 90 degrés (utilisez un repose-pieds si nécessaire).
  • La hauteur de la table doit être à hauteur des coudes en position assise détendue.
  • Soutenez-vous avec les bras sur la table ou sur les accoudoirs.
  • Inclinez le dossier de votre fauteuil de 2 cm vers l’arrière pour un bon soutien.
  • Le haut de votre écran doit être légèrement en dessous du niveau de vos yeux (utilisez un support pour laptop ou un rehausseur de tablette)

2. Travaillez ‘in-line’

  • Placez les documents, tablettes ou smartphones en ligne avec l’écran sur une surface légèrement inclinée afin de pouvoir lire sans plier le cou (utilisez un support de documents si nécessaire)
  • Souris droite par rapport à l’épaule

3. Souris droite par rapport à l’épaule

  • Évitez de vous pencher vers la souris ; utilisez un clavier compact, éventuellement avec une partie numérique libre rrn que vous pouvez également placer sur le côté gauche

4. Écrans multiples

  • Utilisez deux écrans si vous travaillez régulièrement avec deux applications en même temps. Placez l’écran le plus couramment utilisé devant vous. Si vous avez souvent besoin de comparer des données provenant de plusieurs applications, placez les deux écrans au milieu devant vous.

5. Travail en rapport à l’activité

  • Alternez entre la position assise et debout.
  • Si possible, utilisez un bureau assis-debout.
  • Quittez régulièrement votre poste de travail et faites une petite promenade. Cela augmentera votre concentration et votre santé mentale.
  • Choisissez le lieu de travail qui vous convient.

Et vous? Êtes-vous prêt pour cela? Créez avec Lyreco un poste de travail en fonction du corps et l’esprit: lire à ce sujet ici.

bien-être·travail

Les meilleurs produits de nettoyage

Un bon matériel de travail est important. Les collaborateurs de l’entrepôt ne conduisent pas avec un chariot élévateur obsolète. Les mécaniciens disposent d’outils solides pour effectuer leurs tâches de maintenance. Mais qu’en est-il du nettoyeur ?

Pour que les gens travaillent bien et agréablement, ils ont besoin du bon
matériel. La plupart des entreprises en sont bien conscientes. Une attention
particulière est portée à l’ergonomie du poste de travail et à la robustesse
des outils. Si vos collaborateurs se sentent valorisés, ils seront plus
productifs et se sentiront plus impliqués dans l’organisation.
L’argument selon lequel les gens sont plus productifs avec le bon matériel
ou les bons outils est souvent utilisé dans l’industrie productive. Un monteur travaille plus vite et fournit une meilleure qualité lorsque vous lui donnez de meilleurs outils. Malheureusement, on oublie parfois que cela s’applique aussi au personnel de soutien, comme le nettoyeur.

Le nettoyage est votre carte de visite

Et ce dernier point est très regrettable car même les nettoyeurs feront mieux leur travail et avec plus de plaisir s’ils reçoivent un meilleur matériel. En outre, un bon nettoyage de votre entreprise a également une fonction en tant que carte de visite. Un bâtiment d’entreprise propre et frais est la meilleure première impression pour les visiteurs. Si vous optez pour de bons produits de nettoyage, cela rapporte deux fois plus : le nettoyeur trouve plus agréable de travailler avec un tel matériel et les résultats sont également meilleurs avec celui-ci. Il en est bien sûr de même pour le personnel de bureau ou de production, mais ce choix a un impact énorme lorsqu’il s’agit de nettoyer et de garder propres les bâtiments de l’entreprise. Il est donc d’autant plus surprenant que des économies soient réalisées dans ce domaine.

Chambres d’hôtel à l’aspect frais

Si vous ne vous en faites pas encore une bonne idée, pensez à la dernière
fois que vous avez réservé une chambre dans un hôtel. Peu importe la dimension de la pièce, le fait qu’elle soit propre et bien rangée déterminera votre première impression. Et puis, dans une chambre d’hôtel, vous ne voyez que les résultats du nettoyage et non le processus lui-même parce que le nettoyage est fait lorsque vous, l’hôte, n’êtes pas présents. C’est différent dans de plus en plus de bureaux de nos jours car le nettoyage se fait pendant la journée lorsque d’autres sont simplement en train de travailler. C’est précisément dans ces moments-là que vous voulez que votre nettoyeur utilise du bon matériel.

Senteurs et couleurs

Un investissement dans du bon matériel est rentable. Cette affirmation générale s’applique également au matériel de nettoyage. Le bon matériel dure des années. Saviez-vous, par exemple, qu’un chiffon en microfibre de haute qualité peut être lavé jusqu’à 500 fois ? Lorsque vous investissez dans du matériel de qualité, vous n’avez pas à le remplacer aussi souvent. Lorsque le nettoyage constitue une carte de visite pour une organisation, le chariot avec le matériel de nettoyage est une carte de visite pour le nettoyeur ou l’entreprise de nettoyage. Un chariot usé avec du matériel de nettoyage n’a pas sa place dans les entreprises modernes qui considèrent qu’il est important de disposer d’espaces de bureau propres et bien rangés. Si vous vous assurez que les nettoyeurs obtiennent du matériel robuste et soigné pour travailler, ils obtiennent aussi le respect qu’ils méritent.

Lyreco a développé une gamme complète de produits d’hygiène et de santé à usage quotidien pour tous les lieux de travail et les sanitaires.
Avec nos produits d’hygiène Lyreco, nous souhaitons vous offrir les coûts
d’exploitation les plus bas combinés à une qualité de produit incomparable.

bien-être·Trucs et astuces

Créer une culture de la sécurité

Un environnement de travail sûr est mis en place de concert avec vos collaborateurs. Si chacun dans l’organisation connaît ses responsabilités, la sécurité au travail devient un automatisme.

Un environnement de travail sain et sûr devrait aller de soi, mais ce n’est pas toujours le cas. En cas d’accident de travail, l’inattention ou un comportement dangereux joue souvent un rôle. Pour garantir un environnement de travail plus sûr, il est non seulement nécessaire que chacun connaisse et suive les règles, mais aussi qu’un comportement sûr et la reconnaissance des risques soient au moins aussi importants. Cela exige une bonne culture de la sécurité.

Le concept de culture de la sécurité peut englober des lieux de travail importants et à haut risque, comme les plates-formes de forage ou les centrales nucléaires. Et, en effet, dans le passé, les catastrophes survenues dans des endroits aussi dangereux ont fait en sorte que la sécurité a fait l’objet d’une plus grande attention. Pourtant, une culture de la sécurité est importante pour toute entreprise. Et cela va au-delà de l’élaboration de règles. Si vous établissez des règles de sécurité claires, vous avez peut-être déjà une bonne politique de sécurité. Mais ces règles sont-elles respectées ? Dans de nombreuses entreprises, des situations dangereuses surviennent parce que quelqu’un veut exécuter une tâche rapidement ou parce que quelqu’un pense ‘nous faisons toujours les choses comme ça et ça ne tourne jamais mal’.

Votre organisation ne devient vraiment sûre que lorsque tous les collaborateurs et même les personnes extérieures sont constamment conscients des risques et de la manière dont ils peuvent les prévenir,
et lorsqu’il s’agit d’une motivation intrinsèque pour respecter les règles de sécurité. Les personnes humaines sont les composantes les plus précieuses au sein d’une entreprise, donc un endroit où les gens peuvent travailler en toute sécurité est primordial.

En quelques étapes vers une entreprise sûre

Le terme ‘culture de la sécurité’ veut déjà tout dire. Les politiques et les règles sont importantes, mais la culture détermine la façon dont les gens
gèrent les politiques dans la pratique et comment les règles sont appliquées. Une culture de la sécurité ne peut donc pas être appliquée de temps à autre au sein de votre organisation. Une bonne culture de la sécurité est différente pour chaque entreprise. Mais quelques points importants sont toujours essentiels :

Bonnes relations de travail

Pour une bonne culture de la sécurité, les collaborateurs doivent pouvoir compter les uns sur les autres. Une petite erreur ou une inadvertance peut se produire. Considérez-les comme des moments d’apprentissage, afin que les collaborateurs puissent examiner ensemble quelle était la situation dangereuse et comment la prévenir dans l’avenir. Lorsqu’il existe une bonne relation entre les collaborateurs et leur direction, ils sont beaucoup plus disposés à en discuter ouvertement et honnêtement. Si la direction écoute attentivement les préoccupations des collaborateurs, l’inverse est également vrai.

Toute l’équipe doit reconnaître les risques

Une culture de la sécurité ne fonctionne bien que s’il existe de bons processus pour résoudre les situations dangereuses. Si vous communiquez bien à ce sujet, non seulement vous obtenez un milieu de travail plus  sécurisé, mais vous vous assurez également que les collaborateurs se sentent entendus et impliqués. Ainsi, chacun se sent responsable de sa sécurité. De l’ouvrier métallurgiste dans l’usine à la direction au bureau, avec une bonne culture de la sécurité, tout le monde s’engage pour un environnement de travail sûr.

Ne pas pointer du doigt

Si quelque chose tourne (presque) mal, ne blâmez pas une personne. Examinez avec toute l’équipe la cause du problème et la meilleure solution. Les comportements à risque peuvent causer des accidents, mais il arrive souvent que certaines procédures dans une entreprise ou dans la conception de l’environnement de travail entraînent par inadvertance des comportements dangereux. Il est donc très important de ne pas punir la personne qui fait quelque chose de dangereux, mais de déterminer pourquoi ce comportement se manifeste. En s’attaquant à la
cause, il est plus facile pour tout le monde de travailler en toute sécurité.

Elle fait partie du travail quotidien

La sécurité ne doit pas être considérée indépendamment des tâches quotidiennes. Il ne s’agit donc pas d’un sujet de discussion lors d’une réunion ou d’un transfert de travail. La sécurité doit être un état d’esprit et faire partie des tâches quotidiennes.

Les collaborateurs doivent oser mettre un terme aux comportements dangereux

Vos collaborateurs doivent toujours pouvoir signaler les problèmes qu’ils constatent – qu’il s’agisse d’une situation dangereuse ou du comportement dangereux d’un collègue – sans crainte de sanctions ou de représailles. Encouragez vos collaborateurs à identifier les dangers et exprimez votre appréciation lorsque les gens adoptent un comportement sûr. Un feedback positif est important lorsqu’il s’agit d’établir des habitudes sécuritaires. Permettez à tous les collaborateurs de contribuer activement à cette culture de feedback positif.

Célébrez vos succès, c’est comme ça que vous augmentez la prise de conscience

Ne mentionnez pas seulement la sécurité dans les rapports annuels, mais pensez plutôt à ce qui se fait chaque jour pour travailler en toute sécurité. C’est beaucoup plus important. Plus on apprécie le fait de travailler en toute sécurité, plus le travail sera sécurisé. Et cela a à son tour un effet positif sur les chiffres des rapports annuels.

Méfiez-vous des mesures disciplinaires

Si les collaborateurs craignent des mesures disciplinaires, ils sont moins susceptibles de signaler des situations dangereuses. De telles mesures constituent donc un énorme obstacle à une culture de la sécurité. Elles empêchent une organisation d’apprendre de ses erreurs. Si une organisation travaille davantage avec des représailles qu’avec un feedback positif, cela a des conséquences négatives sur la confiance et la productivité. Grâce à un feedback positif, vous obtenez de bien meilleurs résultats, surtout lorsque les collaborateurs s’encouragent également les uns les autres à adopter un comportement sûr.

Une bonne culture de la sécurité se construit avec l’ensemble de l’entreprise, avec tous les collaborateurs et la direction. La sécurité est une responsabilité qui incombe à chacun, de sorte que chaque membre de l’organisation doit avoir la possibilité d’identifier les risques et d’exprimer ses préoccupations concernant les situations ou comportements
dangereux. Si vous avez organisé une telle démarche, il règne alors une bonne culture de la sécurité.

bien-être

Pourquoi l’installation d’un DEA ne suffit pas à sauver des vies

AED

Un défibrillateur externe automatique (DEA) est un appareil portatif qui peut rétablir le rythme cardiaque en cas d’arrêt cardiaque en procurant un choc électrique.

En cas d’arrêt cardiaque, le cœur ne s’immobilise généralement pas complètement. Même si c’est ce qu’on dirait. Les ventricules du cœur sont stimulés très rapidement et de façon chaotique, de sorte qu’ils ne se contractent plus. Un DEA est alors nécessaire pour réinitialiser le cœur et le faire battre normalement à nouveau. Cette réinitialisation est appelée défibrillation.

Aux Pays-Bas, il y a 20.000 dispositifs enregistrés et en Belgique, il y en a 10.000. L’installation de ce dispositif de sauvetage dans des lieux publics et des entreprises est donc déjà un pas dans la bonne direction. Mais pourquoi cela ne suffit-il pas ?

Peur de faire quelque chose de mal

Souvent, les gens n’osent pas utiliser l’appareil. C’est pour cette raison qu’ils attendent aussi beaucoup trop longtemps avant d’utiliser l’appareil DEA. Par minute d’attente, le taux de survie diminue de 10% à 12%. Si une victime est réanimée avec un DEA dans les trois minutes qui suivent, le taux de survie passe à 70 %. Cependant, l’appareil indique clairement à quel moment prendre quelle mesure. Un DEA ne délivrera jamais un choc s’il n’est pas nécessaire. Vous ne prenez donc aucun risque en l’utilisant.

Accessibilité de l’appareil

Les appareils se trouvent généralement sur une propriété privée, de sorte que tout le monde n’a pas accès au DEA. Souvent, les gens ne savent pas non plus où se trouve le DEA. De ce fait, un temps précieux est souvent perdu.

Comment pouvez-vous sauver une vie ?

Assurez-vous de bien informer votre personnel. Un cours unique à la Croix-Rouge permet à vos collaborateurs d’acquérir suffisamment de connaissances et donc de confiance en soi pour utiliser l’appareil. Il est également crucial que tout le monde sache où se trouve l’appareil. Une signalisation claire vers l’appareil peut être utile. Sachez aussi qu’un DEA ne peut pas offrir une solution pour chaque crise cardiaque, mais en informant bien tout le monde, vous augmentez déjà les chances.

rode kruis

Contribuez à la sécurité de vos collègues. Lyreco dispose d’un vaste assortiment d’équipements de protection individuelle.

bien-être

Ne laissez pas votre journée être régie par votre messagerie

PIÈGE 1: commencer par les e-mails
C’est une tâche récurrente pour beaucoup : commencez la journée de travail en vérifiant la boîte aux lettres électronique. À ne pas faire. Avant que vous le sachiez, vous êtes occupé à répondre aux messages depuis une
heure. Il est plus efficace de commencer à travailler pendant une heure et d’ouvrir seulement ensuite le programme de courrier électronique en guise de pause.

PIÈGE 2: Outlook toute la journée
Repasser et regarder la télé est génial à combiner, mais le multitâche avec votre tête est une autre histoire. Qui veut prendre des mesures ne devrait pas être distrait. Un signal provenant de messages électroniques entrants peut être perturbant. Cela vous déconcentre et il faut bien un quart
d’heure avant d’être à nouveau concentré sur le sujet. Vérifiez votre boîte aux lettres électronique à heures fixes pendant la journée.

PIÈGE 3: la boîte de réception comme listes des choses à faire
Si vous ne rationalisez pas votre trafic de courriers électroniques, vous remarquerez rapidement que les messages importants tombent si loin qu’en un rien de temps vous les perdez de vue. Par conséquent, créez un
dossier distinct dans lequel vous verrouillez tout ce qui nécessite une action.

PIÈGE 4: archiver dans des sous-dossiers
Le tri de l’archive dans divers sous-dossiers est contreproductif. Outlook offre suffisamment d’options de recherche pour récupérer des messages électroniques. Si vous créez toutes sortes de dossiers distincts, vous perdez
des informations car vous auriez accidentellement placé des messages dans la mauvaise liste ou oublié où vous avez placé quelque chose.

bien-être·Geen categorie

Journée de l’aide humanitaire

That tickles!Le 19 août, nous fêtons la journée de l’aide humanitaire et nous rendons hommage aux collaborateurs qui apportent leur aide aux groupes de population qui sont touchées par des catastrophes naturelles et/ou des conflits armés. La date a été choisie en référence à l’attentat du 19 août 2003 sur le quartier général des Nations unies à Bagdad qui a entraîné la mort de 22 personnes.

Lyreco contribue également à l’aide humanitaire. Lyreco a lancé en 2008 le programme caritatif Lyreco For Education. Via nos différents établissements internationaux, de l’argent se trouve ainsi récolté pour offrir un accès à l’enseignement à des enfants défavorisés vivant dans des pays en développement. En 2015, le programme a décidé d’appuyer un projet quadriennal organisé à Madagascar en collaboration avec l’ONG Care. Cette région avait été touchée en 2012 par le cyclone Giovana, avec des conséquences désastreuses pour la population locale.

Pour aider à la reconstruction de la zone, Lyreco s’est ­xé quelques objectifs concrets. C’est ainsi qu’en ­n de compte, le projet a permis de soutenir 32 écoles et de former 250 enseignants, et que 17.000 enfants de la région ont eu un meilleur accès à un enseignement de qualité.

En outre, des efforts seront également déployés pour sensibiliser les parents à l’importance de la scolarité ; la prévention des catastrophes fait également partie des priorités essentielles de ce projet ambitieux. Récemment, trois collègues de Lyreco se sont rendues sur place pour voir comment ce projet avait déjà pu faire la différence au niveau local : Mariyal (Recruiter, Lyreco Malaisie), Arianne (Marketing Director, Lyreco Espagne), Sara (Marketing Communication Assistant, Lyreco Royaume-Uni).

LRC 091116-97

Une journée dans le village de Ambotitavolo :

Il est encore très tôt, avant l’aube, lorsque Sara réveille Julietta pour partir ensemble pour l’école. Avec sa mère Juliana, la ­llette habite le petit village d’Ambotitavolo. Juliana fait en sorte que sa ­lle puisse pleinement pro­ter des possibilités locales en matière d’enseignement, plutôt que de travailler à temps plein dans les champs, ce qui est malheureusement la réalité que vivent beaucoup d’enfants de son âge.

Une série de catastrophes naturelles ont ravagé la région au cours de ces dernières années et de nombreux enfants ont été ainsi contraints d’aller travailler dans les champs. Sara accompagne Julietta pendant sa promenade matinale quotidienne vers sa petite école. La journée d’école commence avec le lever des couleurs. Lorsque les cours commencent véritablement, Sara est frappée par la passion avec laquelle l’enseignant local donne son cours.

De leur côté, les élèves suivent la leçon avec la plus grande attention. Il y a quelques années encore, une telle situation était inconcevable. Le matériel indispensable et les manuels scolaires ont permis à l’école d’atteindre un niveau supérieur, ce qui ne peut qu’être pro­table aux perspectives d’avenir de ces enfants.